T’as joui? DORA MOUTOT, une trentenaire en colère qui fait du bien aux autres


Notes / lundi, mars 25th, 2019
T’as joui? Derrière cette question, un compte instagram @tasjoui qui a bousculé la toile et levé le voile du tabou de la jouissance féminine.
En à peine un weekend d’aout 2018 le compte a affiché 30.000 abonnés. Il en compte désormais plus de 361.000.  
A sa source, une jeune femme trentenaire, journaliste, débordante d’intelligence, de vivacité et d’authenticité. 
C’est une inclassable, une dénicheuse de tendances, une fan absolue de sous cultures, une créatrice de contenus, une chercheuse et une experte du questionnement. Elle a prêté sa plume au Monde, chez Brut, Konbini ou encore Usbek & Rica
Cet épisode est à son image, il est foisonnant! On a parlé de plein de choses : de la représentation de la femme sur instagram, de sexualité, de Karl Lagerfeld, de la mode, de la misogynie intégrée, de la violence sexuelle, de bactéries, d’auto médication, de microbiote, de biodiversité, d’alimentation, d’allaitement, de la nécessité d’être soi sans peur, de l’activisme et de notre rapport à l’autre.
Malgré sa colère revendiquée et nécessaire, Dora est pleine de sagesse. Dans ses stories sans phare, elle partage ses questionnements, ses coups de gueule et tout simplement ce qu’elle ressent. Actuellement, elle a mis en suspens son compte instagram personnel et celui de tasjoui et nous explique pourquoi. Bien souvent, on ne se doute pas de la difficulté que peut représenter un buzz à gérer lorsque l’on souhaite rester humaniste et accessible comme elle. Les témoignages dont elle est destinataire sont parfois très difficiles : viol, abus sexuels, incestes… Les attaques sont nombreuses quand on ose prendre la parole sur tous les sujets, en se posant des questions qui choquent.
Durant cette conversation, vous allez apprendre qu’avant de connaître le succès explosif de @tasjoui, elle est passée par la création de nombreux contenus dont Webcam Tears ou encore la gazette du mauvais goût.  Cette conversation m’a d’ailleurs rappelé le discours de Charles Pépin durant nos échanges sur les vertus de l’échec et la confiance en soi.
Dora, elle voit tout en arborescence, elle a été diagnostiquée surdouée, ça isole… mais elle fait du bien aux gens en partageant ce qu’elle a sur le coeur, elle est sans filtre, elle est en colère, elle pleure, elle rit, elle assume, elle dérange. J’ai eu un vrai coup de coeur pour elle et je suis sure que vous l’aurez aussi en l’écoutant.
Elle évoque également « A fleur de pet, le premier livre sur la maladie des hyperballonnés » son premier ouvrage qui sera en librairie en avril prochain dans lequel elle évoque sa maladie qui lui a gâché la vie en silence et qu’elle essaye de combattre tous les jours seule à travers une quasi totale auto médication. J’ai d’ailleurs été bluffée de voir à quel point elle est devenue érudite sur le fonctionnement du corps humain, la digestion et sur ce que recouvre le mot bactérie. J’ai même découvert que notre flore intestinale est intrinsèquement liée à la flore vaginale de nos mamans, mais également que les enfants nés par césarienne ont une moins bonne immunité…
Bref, plein, plein de surprises… 
Je vous souhaite de rire, d’apprendre et de vous ré-jouir en écoutant cet épisode riche en rebondissements!
Pour écouter l’épisode c’est par ici et par là 
Pour suivre l’actu du podcast, suivez moi là @reelles_reelles
Et n’oubliez pas de partager l’épisode sur vos stories instagram, sur les réseaux sociaux et surtout dans la vie réelle !
A très bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *